CIGARETTES ÉLECTRONIQUE

MOVE

Posted on Updated on

HomeIDIOMA

move-logo-f

招募医生,健康专家以及科研人员支持电子香烟

作为医生和健康专家,我们每天都看到深受吸烟危害的患者。在我们的帮助和建议下,仍然有其中的许多人最终将面临死亡或者健康受到严重影响。吸烟仍然是世界上最严重的公共健康问题。

 

人们吸烟是为了获得尼古丁,但是确因烟草燃烧时产生的化学物质而死亡。不幸的是,目前的戒烟药物对广大烟民来说疗效和可接受性都有限。但是,我们认为有一个解决方案:

使用电子烟显然有着巨大的潜力去帮助许多吸烟者戒烟。

为此,我们坚信,从道德和科学的角度,我们有责任提醒大家注意以下几点:

 

  • 是烟草燃烧时产生的4000种化学物质对吸烟者产生健康危害,而不是尼古丁。
  • 吸电子香烟比吸烟的危害要低得多。通过对电子烟烟雾成分的分析发现,从长期的健康风险方面来看,吸电子香烟可以预期会比吸烟草安全至少95至99%。
  • 电子香烟产生的烟雾是极度不可能对周围人产生危害的;呼出的烟雾中的尼古丁含量很低,低到无法对周围人群产生任何药理作用。
  • 随机对照试验显示,电子香烟对戒烟有疗效,并且通过对现实生活中电子烟使用者的研究表明,用电子烟戒烟比其他方法戒烟更有效,包括尼古丁替代疗法。
  • 据估计,每一百万烟民从吸烟改为吸电子烟,每年将有约6000人避免过早死亡。

 

电子烟不“重新规范吸烟”,同样“吸电子烟”也不是“吸烟”。在许多国家电子香烟的使用的兴起的同时,烟草的销售和吸烟的患病率持续下降。

电子香烟的特点应该总是与那些传统的香烟比较,有关电子烟绝对的长期安全性的讨论必须在道德和科学上与传统烟草的危害进行比较。

已经估计有290万消费者在欧洲使用电子香烟。但我们发现,由于对电子烟产品的误解,如此一款帮助个人和公众健康利益产品的使用受到了抑制。

鉴于迄今为止我们开展的无数研究,作为健康专业人员,在看到电子香烟如此明确地对公众健康有利的情况下,不再保持被动。

因此,我们建议我们的同行积极了解更多关于电子烟在当前全球卫生运动中作为一个新的公共卫生手段来对抗因吸烟产生的相关疾病。

我们呼吁我们的同僚共同签署这一宣言,基于科学和道德的态度,来支持拥有众多优点的电子香烟。

 

此致,

支持本声明的专业小组。

如果您也赞同M.O.V.E.的声明,请点击下面的图片添加您的支持。

i Russell, M. A. Low-tar medium-nicotine cigarettes: a new approach to safer smoking (1976) BMJ  1 (6023) 1430-1433

ii Farsalinos, K. E., & Polosa, R. (2014). Safety evaluation and risk assessment of electronic cigarettes as tobacco cigarette substitutes: a systematic review. Therapeutic Advances in Drug Safety, 5(2), 67–86. doi:10.1177/2042098614524430

iii Hajek P, Etter J-F, Benowitz N, McRobbie H (2014) Electronic cigarettes: review of use, content, safety, effects on smokers, and potential for harm and benefit. Addiction.

iv McRobbie, H., Bullen, C., Hartmann-Boyce, J., & Hajek, P. (2014). Electronic cigarettes for smoking cessation and reduction. The Cochrane Database of Systematic Reviews, 12, CD010216. doi:10.1002/14651858.CD010216.pub2

v Brown, J. et al (2014).  Real-world effectiveness of e-cigarettes when used to aid smoking cessation: a cross-sectional population study. Addiction doi:10.1111/add.12623

vi West, R. B. J. (2014). Electronic cigarettes : fact and fiction. British Journal of General Practice, (September), 442–443.doi:10.3399/bjgp14X681253

vii West R, Brown J, Beard E. Trends in electronic cigarette use in England. Smoking Toolkit Study 140122. 2014. www.smokinginengland.info/latest-statistics

viii Vardavas, C.et al (2014). Determinants and prevalence of e-cigarette use throughout the  European Union: a secondary analysis of 26 566 youth and adults from 27 Countries.  Tobacco Control, 1–7. doi:10.1136/tobaccocontrol-2013-051394

Advertisements

STOP TABAC

Posted on Updated on

HomeFrançais

move-logo-f

APPEL DE MEDECINS, DE PROFESSIONNELS DE SANTÉ ET DE SCIENTIFIQUES A SOUTENIR LA CIGARETTES ÉLECTRONIQUE
En tant que médecins et professionnels de la santé, nous voyons quotidiennement des patients sévèrement atteints par le tabagisme, et dont beaucoup finiront par mourir ou dont la santé se détériorera gravement malgré notre aide et nos conseils. Le tabagisme demeure le problème de santé publique le plus grave à l’échelle mondiale.

Si les gens fument pour la nicotine, ils meurent des substances chimiques produites par la combustion du tabac.iLes médicaments d’aide au sevrage tabagique actuellement disponibles n’ont malheureusement qu’une efficacité et une acceptabilité limitées pour la majorité des fumeurs. Nous croyons cependant qu’une solution existe: l’utilisation de cigarettes électroniques présente de toute évidence un immense potentiel pour aider de nombreux fumeurs à se détourner du tabac.

Dès lors, nous croyons fermement que – tant sur le plan éthique que sur le plan scientifique – notre responsabilité consiste à attirer l’attention sur les points suivants:
  • C’est la combustion du tabac et les 4000 substances chimiques qu’elle produit dans la fumée de cigarettes qui sont nocives pour la santé des fumeurs, et non la nicotine.
  • Les dangers relatifs aux e-cigarettes sont considérablement inférieurs à ceux du tabac. L’analyse des constituants de la vapeur de cigarettes électroniques indique que l’on peut estimer que les risques à long termes pour la santé liés à l’utilisation d’e-cigarettes sont au moins de 95 à 99% inférieurs aux risques liés à l’inhalation de fumée du tabac.ii
  • Il est très peu probable que la vapeur expirée par les utilisateurs de cigarettes électroniques puisse nuire à autrui; les concentrations de nicotine présentes dans la vapeur expirée sont en effet trop faibles que pour avoir des effets pharmacologiques sur des tiers.iii
  • Des essais contrôlés randomisés montrent que les cigarettes électroniques sont efficaces au niveau du sevrageiv et des études portant sur l’utilisation d’e-cigarettes dans le cadre de vie réel indiquent qu’elles sont plus efficaces que d’autres méthodes d’aide au sevrage tabagique, y compris les thérapies de substitution nicotinique (TNS).v
  • On estime que pour chaque million de personnes qui substituent l’utilisation de cigarettes électroniques à l’inhalation de fumée du tabac, quelques 6000 décès prématurés seraient évités chaque annéevi
  • Les cigarettes électroniques ne « renormalisent » pas le tabagisme – ‘vapoter’ n ‘est pas fumer. Dans de nombreux pays, l’accroissement de l’utilisation de l’e-cigarette s’est accompagné d’une baisse continue des ventes de tabac ainsi que de la prévalence du tabagisme.vii
Les caractéristiques des cigarettes électroniques doivent toujours être comparées à celles des cigarettes traditionnelles, et la discussion sur l’absolue sécurité à long terme des cigarettes électroniques doit être mise en contraste éthique et scientifique avec l’absolue certitude de la nocivité de l’inhalation de fumée du tabac.

On estime que la cigarette électronique compte déjà 29 millions d’utilisateurs en Europeviii mais nous pensons que les bénéfices liés à son usage, tant au niveau de la santé individuelle qu’à celui de la santé publique, sont freinés par des idées fausses sur le produit.

À la lumière des nombreuses études menées à ce jour, nous – en tant que professionnels de la santé – ne pouvons rester passifs face aux clairs avantages que présente la cigarette électronique en termes de santé publique.
Nous recommandons donc que nos collègues s’informent activement sur les cigarettes électroniques en tant que nouvel outil de santé publique pour la campagne globale actuelle de lutte contre les maladies liées au tabac.
Nous invitons nos collègues à signer cette déclaration soutenant le bien-fondé des cigarettes électroniques, sur base des preuves scientifiques et du débat éthique.
Confraternellement vôtre,
Group of professionals who support this statement.
Si vous souscrivez au manifeste de M.O.V.E., cliquez sur l’image ci-dessous pour ajouter votre nom à la liste de ses signataires

i Russell, M. A. Low-tar medium-nicotine cigarettes: a new approach to safer smoking (1976) BMJ  1 (6023) 1430-1433

ii Farsalinos, K. E., & Polosa, R. (2014). Safety evaluation and risk assessment of electronic cigarettes as tobacco cigarette substitutes: a systematic review. Therapeutic Advances in Drug Safety, 5(2), 67–86. doi:10.1177/2042098614524430

iii Hajek P, Etter J-F, Benowitz N, McRobbie H (2014) Electronic cigarettes: review of use, content, safety, effects on smokers, and potential for harm and benefit. Addiction.

iv McRobbie, H., Bullen, C., Hartmann-Boyce, J., & Hajek, P. (2014). Electronic cigarettes for smoking cessation and reduction. The Cochrane Database of Systematic Reviews, 12, CD010216. doi:10.1002/14651858.CD010216.pub2

v Brown, J. et al (2014).  Real-world effectiveness of e-cigarettes when used to aid smoking cessation: a cross-sectional population study. Addiction doi:10.1111/add.12623

vi West, R. B. J. (2014). Electronic cigarettes : fact and fiction. British Journal of General Practice, (September), 442–443.doi:10.3399/bjgp14X681253

vii West R, Brown J, Beard E. Trends in electronic cigarette use in England. Smoking Toolkit Study 140122. 2014. www.smokinginengland.info/latest-statistics

viii Vardavas, C.et al (2014). Determinants and prevalence of e-cigarette use throughout the  European Union: a secondary analysis of 26 566 youth and adults from 27 Countries.  Tobacco Control, 1–7. doi:10.1136/tobaccocontrol-2013-051394